Une première mise en examen dans les affaires des attentats déjoués

    Une première suspecte a été mise en examen, samedi, dans le cadre de la double enquête sur un attentat avorté à la voiture piégée à Paris et sur une autre attaque de la part d’un commando de femmes djihadistes.

     Avec ses complices, elle avait prévu de faire un carnage à Paris. Ornella G., âgée de 29 ans, a été mise en examen samedi pour «association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste criminelle» et «tentative d’assassinats en bande organisée». Elle a été écrouée.

     Ses empreintes ont été retrouvées dans la voiture abandonnée en plein centre de la capitale, le week-end dernier, avec des bonbonnes de gaz à l’intérieur. Un dispositif prévu pour commettre un attentat qui a échoué.

    Selon le récit d’Ornella G., «après une tentative infructueuse» pour mettre le feu au véhicule, la suspecte et une autre jeune femme «ont fui à la vue d’un homme qu’elles ont pris pour un policier en civil». Mais ses déclarations «ont varié au cours de son audition», note une source proche du dossier.

                          Qu’est-ce qu’une fiche «S»?

    Une «cigarette à peine consumée» et une couverture avec «des traces d’hydrocarbures» ont été retrouvées dans le coffre près des bonbonnes, a expliqué vendredi le procureur de Paris, François Molins. Si l’incendie «avait pris», il «aurait suffi à entraîner» la «destruction de l’ensemble du véhicule».

                       Fichée «S»

    Ornella G. a été fichée «S» pour des velléités de départ en Syrie. Elle avait été interpellée mardi avec son compagnon dans le sud de la France. La garde à vue de ce dernier a été levée, a précisé le parquet.

    Lors de sa sinistre tentative, Ornella G. se trouvait avec la fille du propriétaire de la Peugeot 607, Inès M., 19 ans, également fichée «S» et qui a prêté allégeance au groupe Etat islamique. Les enquêteurs cherchent à savoir si une troisième femme était présente: Sarah H., 23 ans, qui semble au cœur de connexions multiples avec d’autres djihadistes français.

vous pourriez aussi aimer

commentaires

Loading...