Une jeune gendarme voulait partir faire le djihad

    Une gendarme adjointe volontaire utilisait ses fonctions pour renseigner ses amis islamistes.

   Pendant plusieurs mois, une jeune femme radicalisée a renseigné ses amis islamistes tout en préparant son départ pour la Syrie.

                                    La taupe

   La gendarmette était une “taupe” au sein des forces de l’ordre, raconte Le Point. Le 22 octobre 2013, Elodie appelle l’une de ses collègues gendarme pour lui demander de “passer des personnes au fichier”, elle fait allusion au fichier des personnes recherchées comprenant plus de 400 000 fiches, dont les fameuses fiches S. C’est lors de cet appel que la DCRI la repère pour la première fois.

    Ainsi, disposant de l’accès aux informations intérieures, Elodie pouvait rencarder régulièrement ses proches sur le risque qu’ils couraient à venir en France.

    La mise sur écoute téléphonique d’Elodie, a permis aux autorités de comprendre qu’elle était en train d’organiser un départ pour la Syrie avec ses amis.

      Elle voulait se marier et partir en Syrie

    Sur l’un de ses comptes Facebook, Elodie publie des vidéos et des messages de gloire aux martyrs de Daesh. Au travail, en revanche, elle s’applique à ne montrer aucun signe religieux tout en veillant à ce que personne dans son entourage ne sache qu’elle est gendarme. Même son fiancé, avec qui elle avait prévu de partir en Syrie n’était pas au courant.

     Elodie et son fiancé ont réussi à réunir la somme de 30 000 euros en présentant des feuilles de paie trafiquées à des organismes de crédit. L’argent était destiné à financer le voyage, payer le passeur et l’hôtel en Turquie.

     Le 18 novembre, elle démissionne de son poste à la gendarmerie et se marie le 13 décembre. Trois jours plus tard, elle était interpellée.

vous pourriez aussi aimer

commentaires

Loading...