Les quotidiens sénégalais parus vendredi mettent ne exergue l’actualité politique marquée par divers sujets.

    DAKARTIMES s’intéresse au projet de la Cité des affaires. Le journal parle d’un terrain de 2400 milliards cédé aux Marocains et dénonce le fait qu’après le secteur des Banques, les entreprises marocaines raflent les marchés les plus importants dans le domaine du bâtiment au Sénégal alors que les entreprises sénégalaises sont assez expérimentées pour réaliser ces genres de projet. DAKARTIMES pense ainsi que le gouvernement piétine la préférence nationale et tue les entreprises locales. Selon le journal, la Cité des affaires est un projet à réaliser sur le site de l’Aéroport de Dakar sur 800 hectares dans une zone où le mètre carré peut dépasser les 300.000 FCFA. Pour le choix du site de l’Aéroport, DAKARTIMES parle de gâchis et suggère Diamniadio, les Niayes ou la corniche de Guédiawaye en craignant qu’une partie des 800 hectares soient détournés à d’autres fins. Concernant l’Aéroport de Dakar, DIRECT INFO informe que le DG des Aéroports du Sénégal gâte les antiquaires et les chauffeurs de taxi qui y évoluent. Papa Maël Diop promet la diminution du coût de loyer des cantines déjà agrandies et modernisées et entend accompagner les chauffeurs dans leur projet de renouvellement de leurs taxis. Une façon de remercier ce monde pour « leur loyauté et leur engagement de le soutenir à chaque fois que le besoin se fait sentir ». 

LIBERATION informe que le groupe Bin Laden a cédé ses 34% détenus dans le capital de la Société africaine de raffinage (Sar) à la Société de crédit-bail Locafrique qui a mis 10 milliards de FCFA sur la table. Selon le journal, c’est le profil de Locafrique qui pose problème d’autant que cette structure est connue dans le crédit-bail et les montages financiers et non dans le milieu des hydrocarbures. 

Le SOLEIL parle ce matin d’environnement avec la mise en place d’un Comité interministériel de suivi et d’évaluation pour une application effective de la loi sur le plastique en vigueur au Sénégal depuis 2016. Le ministère de l’Environnement et du Développement durable a mis à la disposition du Comité du matériel permettant de vérifier le respect du micronnage autorisé par la loi. 

Après l’endommagement de sa machine de presse au port de Dakar, LES ECHOS informent que Youssou Ndour a obtenu pour réparation 840 millions de la part des transporteurs et du manutentionnaire (les sociétés Ignazio Messina et Co et DP World Dakar). Selon le journal, le groupe futurs médias réclamait 3 milliards de nos francs. 

Pour la suite des Législatives, le QUOTIDIEN décrypte l’éventualité d’une reprise partielle ou totale du vote à Touba. Selon le journal, si le Conseil constitutionnel tranche dans ce sens, ce ne sera pas seulement le département de Mbacké qui sera concerné. Il faudrait craindre une variation du taux de participation, du quotient national, d’un statu quo des 5 sièges pour Wade et Cie ou d’une « remontada » de BBY. 

A la prochaine Assemblée, WALFQUOTIDIEN explique que le chef de l’Etat ne court pas de risque de voir des alliés le quitter en cours de législature pour former un groupe parlementaire. C’est parce qu’avec le nouveau règlement intérieur de l’Assemblée, il faut 15 députés pour former un groupe parlementaire et seul le Ps a 16 députés. L’AS pour sa part s’intéresse à la composition du prochain parlement du point de vue professionnel. Et c’est pour remarquer que c’est une Assemblée de businessmen et d’enseignants. Il y aura 32 personnes évoluant dans le domaine des finances, de la gestion, de la comptabilité, et  15 enseignants à côté de d’autres professionnels. 

Du côté de Guédiawaye, le TEMOIN informe qu’Aliou Sall déclenche la chasse aux « sorciers » après les législatives. Ainsi cinq responsables de services municipaux, membres de la coalition Manko Taxawu Senegaal ont été affectés dans différentes écoles de sa ville. 

Pour le dialogue politique souhaité pour un apaisement de la tension après le scrutin du 30 juillet, SUDQUOTIDIENrésume la position des uns et des autres, « pouvoir et opposition entre optimisme et pessimisme ». ENQUETE sur le même sujet parle « d’hypothétiques retrouvailles ». Selon le journal, l’opposition significative estime que l’heure est encore aux élections, la coalition présidentielle déclare que le pouvoir n’est pas demandeur de dialogue, même s’il en appelle. 

VOX POPULI s’intéresse ce matin à Facebook et WhatsApp, ces « social media », briseurs de couples au Sénégal. Des outils qui sont sources de jalousie, d’espionnage, d’augmentation de la méfiance et de la surveillance, ou de séparation tout court. L’OBS parle à sa UNE d’Amy Collé Dieng victime de ses réseaux sociaux. Le journal vous propose le  portrait de la chanteuse envoyée en prison pour avoir tenu des propos offensants contre le chef de l’Etat. Révélations sur la vie d’Amy Collé Dieng qui n’est pas un long fleuve tranquille. 

vous pourriez aussi aimer

commentaires

Loading...